Accordez du crédit
à votre santé mentale
Un plan d’action en santé mentale
débordant de ressources

La demande d’aide chez les hommes

LA CHRONIQUE CPS 02

Depuis quelques années, on accorde plus d’attention à la santé des hommes, et ce, un peu partout dans le monde. Des recherches ont révélé que la maladie mentale et la dépression n’étaient pas moins présentes chez les hommes que chez les femmes, étant davantage un phénomène sous diagnostiqué. En fait, les statistiques sur le suicide en disent long sur la vulnérabilité de la gente masculine.

En effet, au Québec comme dans l’ensemble du Canada, quatre suicides sur cinq sont le fait d’hommes. Plusieurs facteurs sont avancés dans la littérature afin d’expliquer ce phénomène, dont notamment le fait que les hommes en général se confient peu et n’utilisent guère les ressources à leur disposition lorsqu’ils vivent des difficultés (séparation, divorce, perte d’emploi, toxicomanie, etc.). Voués à l’isolement, il en résulte souvent une détérioration de la situation menant à une grande détresse psychologique, à l’épuisement et au désespoir.

L’un des principaux obstacles qui empêchent les hommes de demander de l’aide est relié à la socialisation qui, encore de nos jours, demeure assez fortement de type «traditionnelle». Ainsi, l’image de l’homme fort est toujours fortement ancrée dans notre culture, la «faiblesse» ne faisant pas partie des vertus masculines; et qui de plus est, dans une société de compétition et de performance. Ceux-ci croient manquer de courage et de «virilité» ou encore faire preuve de faiblesse s’ils avouent vivre des difficultés, de la détresse ou du désespoir. Ils vont parler à l’occasion de leurs problèmes physiques, mais très rarement de leurs problèmes émotionnels et psychologiques. À cet effet, bon nombre d’entre eux ne croient tout simplement pas qu’ils peuvent souffrir de dépression et ne voient donc pas l’utilité de s’informer à ce sujet. C’est ce qui explique en bonne partie la sous-représentation des hommes dans l’utilisation de services; ainsi que dans les diagnostics et traitements en santé mentale.

Heureusement, les choses tendent à changer. En effet, de plus en plus d’hommes remettent en question certains aspects du modèle traditionnel masculin qui leur a été légué par les générations antérieures, pour reconnaître finalement qu’en tant qu’être humain, nous avons tous nos limites; que l’aide et l’entraide ainsi que l’utilisation judicieuse des ressources disponibles multiplient grandement notre capacité à surmonter les épreuves, qu’il ne s’agit pas d’un signe de faiblesse. Ils parlent plus facilement de ce qu’ils vivent à des personnes de confiance, utilisent de plus en plus les ressources disponibles et développent de nouvelles habiletés de résolution de problèmes.

Enfin, comme le dit si bien le slogan de la campagne sociétale du Centre de prévention du suicide 02, Demander de l’aide, c’est fort!

En cas d’urgence

Centre de prévention suicide  418 545-1919 ou sans frais 1 866-277-3553
Info santé 811
Top